Partagez|

Mi-Eve Mi-Adam [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : Mi-Eve Mi-Adam [RP Libre]
Lun 6 Fév - 22:49



avatar
Invité
Invité








‘‘
Enfin il la voyait. La Shaded Academy. Oh, il avait mis le temps pour la trouver. Il fallait dire aussi qu’il n’avait pas cherché de façon appuyée et continue. Parfois il flânait dans une bibliothèque, trouvait un ouvrage intéressant, puis un autre, et oubliait qu’il était venu là pour trouver un moyen d’entrer dans cette Académie. Il était depuis longtemps passé de l’autre côté des bancs de l’amphi, mais il continuait à lire et à s’instruire, et les productions romanesques de la seconde moitié du XXe siècle étaient tout à fait fascinantes. Tant et si bien qu’il mit environ cinquante ans avant d’oser rédiger un CV - forcément bien rempli - et de l’envoyer à la Shaded Academy.

Il n’avait pas eu l’adresse dans le bottin, non, et avait du s’acoquiner avec des démons et se faire passer pour l’un d’entre eux pour l’obtenir. Oh, ne vous méprenez pas, ces démons-là étaient finalement de bons garçons, et bien que leur accueil fut froid, ils quittèrent Leonar avec des adieux chaleureux. Ce dernier avait passé toute sa vie ou presque en France, à Paris, mais n’ignorait pas un certain nombre d’autres langues, pour avoir voyagé à une époque : anglais bien sûr, mais également chinois, japonais, finnois, suédois, danois et norvégien. Ces langues étaient les seules traces qu’il conservait de ses missions à l’étranger, alors qu’il enseignait la langue et la culture française. En tant que linguiste, il n’était pas non plus inintéressant de connaître d’autres langues, a fortiori lorsqu’elles n’avaient rien à voir avec sa propre langue maternelle. Bon, Leonar était une exception : sa langue maternelle, le serbe, il l’avait presque oubliée. Le français était devenu sa langue principale, et il le parlait aussi bien que n’importe quel autre natif désormais, si ce n’était un petit défaut dans ses R, un peu trop liquides.

Il avait donc pris le peu d’affaires qu’il avait, après avoir envoyé sa bibliothèque et sa garde-robe impressionnantes par avion cargo, et s’envola vers l’autre côté de l’Atlantique. Il avait déjà trouvé un appartement en ville, quelque chose de cossu, sans être trop voyant. Leonar aimait le luxe, mais dans la simplicité. Ce qu’il voulait avant tout, c’était de l’espace, pour stocker ses livres, lire, travailler, écrire. Oui, il était écrivain également à ses heures perdues, bien qu’il n’ait jamais eu le courage d’envoyer ses manuscrits à un éditeur. On aurait forcément compris, à un moment où à un autre, qu’il ne vieillissait pas, qu’il était cinquante ans plus tard toujours le même… Il valait mieux, pour son propre bien, qu’il reste dans l’ombre. Cela dit, il ne pouvait se défaire de ces vieux manuscrits. Ecrits à la main, puis à la machine et enfin stockés sur ces minuscules cartes que l’on mettait dans les ordinateurs, il en avait au moins une vingtaine. Pour les plus anciens, les moins aboutis, il avait décidé de les laisser en l’état. Pour certains autres, il avait commencé à les recopier sur son MacBook - tous les bobos ont un MacBook - pour les préserver d’un possible incendie, ou autre accident. Il faisait de toute façon plusieurs sauvegardes, dont une sur un serveur distant, payant, où il pourrait toujours récupérer ses données, même dans le pire des cas.

Mais revenons à Leonar. Il avait pris l’avion et avait atterri dans la ville où il allait désormais vivre. Il donna l’adresse de son appartement au chauffeur de taxi : la course ne dura pas plus d’un quart d’heure. Il arriva alors au pied de son immeuble… Juste en face de l’entrée de l’Académie. Il avait bien choisi l’endroit. En quelques minutes, il pouvait faire l’aller-retour entre chez lui et le travail, et il aimait cette possibilité. Leo prit sa valise dans le coffre du taxi, et alla la déposer chez lui. Puis, sans prendre le temps de vraiment s’installer - l’appartement était désespérément vide - il prit son e-book reader, et un petit sac avec ses papiers - on ne sait jamais - et ressortit aussitôt de chez lui.

Il entra dans l’Académie, et se mit à flâner dans les jardins. Ils étaient magnifiques… Il trouva un banc, et s’assit, commençant à lire le roman d’un auteur qu’il ne connaissait pas. Les jambes croisées, moulées dans un legging noir imitant le cuir, les pieds engoncés dans de grandes bottes pas dépourvues de talons - légers cela dit, on pouvait le confondre de loin avec une femme. Ce n’était pas étonnant d’ailleurs : la coupe de son manteau entretenait l’ambigüité, bien que sa chemise à carreaux violette ajustée soit définitivement masculine. Ses cheveux détachés flottaient dans le vent comme des nuages argentés, alors que le reste de sa personne se tenait immobile… On aurait facilement pu croire à une apparition.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Mi-Eve Mi-Adam [RP Libre]
Mar 7 Fév - 21:24



avatar
Invité
Invité








‘‘
Qu'est-ce qu'il fichait là franchement? On pouvait se le demander hein? Bon. D'accord. On se le demandait un peu moins fort du moment où l'on remarquait que sa chevelure rouge, déjà voyante en temps normal, était à l'heure actuelle complètement décoiffée, et peuplée de brindilles et autres débris végétaux, qui n'étaient pas arrivés ici par l'opération du saint esprit. Ni parce qu'il s'était amusé à se rouler par terre tout seul. Ça n'aurait eu absolument aucun intérêt...

Une charmante jeune fille dont il tairait le nom par sécurité - il tenait à son job - lui avait donné rendez-vous dans les jardins. Frileux depuis qu'il avait ce nouveau corps, il avait accepté ses conditions un peu à contrecoeur. L'idée de batifoler en pleine nature dans les bosquets avec le risque non négligeable de se faire prendre la main dans le sac était effectivement relativement excitante, mais tant qu'à choisir, il aurait préféré un endroit un peu plus chaud... Un placard à balai de l'académie par exemple. Genre.

Il n'avait pas pris la peine de se recoiffer. Ça le saoulait, il n'avait pas cours et comptait donc rentrer chez lui, et puis, en toute franchise, il savait que sa réputation était faite quand bien même il essayait de taire les plus douteuses de ses séances de sport. Tout le monde savait qu'il était un chaud lapin, et il n'avait aucune honte à l'idée d'en porter la preuve sur lui.

Samael soupira et passa une main contre sa nuque, conscient qu'une journée de plus venait de s'écouler, et qu'il n'avait toujours rien appris de plus à son propre sujet. On lui avait fait miroiter pas mal de trucs sous les yeux... Il avait appris l'existence d'un certain nombre de créatures surnaturelles, qu'il n'avait jamais soupçonnée, mais alors à propos d'un quelconque gros lézard orange qu'il était censé incarné, chou blanc. Ça n'était pas très encourageant, et même si le métier de prof était assez rigolo, il regrettait déjà d'avoir quitté - une fois de plus - son groupe, dans lequel il avait commencé à se faire une place plutôt agréable...

Un grincement de dents silencieux, puis Samael releva les yeux vivement pour regarder devant plutôt que de fixer le sol tandis qu'il avançait. Ses premières années de vie avaient été caractérisées par cette démarche cassée... Cette façon qu'il avait eu de marcher la tête baissée, abattu. Il n'était plus comme ça, et il n'allait certainement pas se remettre à déprimer à cause de la lenteur de ses découvertes. Si il devait apprendre quelque chose de toute façon, c'était en restant ici, et pas en s'expatriant une fois de plus.

Passant au côté d'une série de bancs, il prit un air neutre puis enfonça ses poings dans les poches de son pantalon de cuir serré avant de continuer à avancer, nonchalant. Ses pieds étaient engoncés dans des bottes de hauteur moyenne, bardées d'une armada de détails métalliques. Il portait un t-shirt noir sans manches surmonté d'un veste ouverte, sans beaucoup de manches non plus, qui ne cachait même pas son tatouage. Ses mains aux ongles naturellement noirs et brillants portaient ses éternelles mitaines. De larges bracelets noirs et cloutés entouraient ses bras du poignet jusqu'à leur milieu. Enfin petite fantaisie du jour, outre le fait qu'il avait toujours autant de piercings sur la gueule, il avait enfoncé une chevalière sur son pouce gauche. Comme ça. Parce qu'il avait eu envie.

Il était à proximité d'une personne- qu'il n'avait pas pris la peine de détailler - lorsque soudain un sifflement passa tout près de son oreille. Et c'était une chance que son cerveau fut apte à si vite réagir. Sifflement - projectile - ballon - banc - tête de quelqu'un qui n'avait rien demandé. Un deux trois, son corps bougea sans demander l'avis de son cerveau, et Samael leva le bras pour stopper l'avancée de la balle de cuir avant qu'elle ne blesse quiconque. Un coup de bol. Et un putain de réflexe aussi... Premier surpris par sa performance, il leva les sourcils, puis siffla un coup pour saluer l'exploit, tandis qu'il faisait tourner la balle de foot sur son doigt.

"... On dirait que j'arrive au bon moment."

Il jeta la balle dans la direction d'où elle était venu, espérant que les étudiants chahuteurs la récupèreraient et éviteraient de recommencer à jouer à "qui va réussir à tuer le prof". Samael était suffisamment mort à son goût dans cette vie comme dans l'autre sans que des gamins abrutis l'achèvent en lui arrachant la tête d'un shoot. Il se tourna vers l'homme à côté duquel il était debout, et qu'il avait vraisemblablement dérangé dans sa lecture. Il cligna des yeux, alors qu'il se demandait d'un coup si le terme "homme" convenait vraiment à ce qu'il avait sous les yeux. Un regard des pieds à la tête... Puis de la tête au pied. Rien de trop appuyé... Son examen était très objectif, et il avait comme une vague sensation de déjà vécu... Il décida qu'il n'en savait pas assez pour choisir de lui-même la manière dont il aurait dû s'exprimer à l'égard de cet individu. Il opta donc naturellement pour le neutre.

"Plus de peur que de mal, hein? Vous venez d'arriver dans le coin?"

... Samael n'avait pas l'impression d'avoir déjà rencontré cet individu auparavant, et il n'avait pas la tête d'un étudiant transféré non plus. Par contre sa tête, qu'elle soit masculine, féminine ou quoi que ce soit d'autre, possédait des traits que la salamandre était déjà en train de ranger dans les catégorie "magnifique" et "do want". Et sa silhouette, aussi ambiguë et assise qu'elle fut, n'avait pas l'air mal du tout non plus... A noter dans un coin de cerveau. Enfin... C'était bizarre. Quelque chose le poussait à se méfier de l'individu. Il ressentait un truc étrange à son sujet, sans qu'il ait vraiment pu déterminer quoi... Ça lui était déjà arrivé avec certains élèves, mais c'était rarement aussi fort. Nerveux, il tiqua.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Mi-Eve Mi-Adam [RP Libre]
Lun 20 Fév - 16:13



avatar
Invité
Invité








‘‘
Plongé au-delà de toute mesure dans son livre, aussi électronique soit-il, Leonar avait comme abandonné son corps terrestre pour partir avec les personnages, dans cet autre monde, certes parcouru de choses terribles, scarifié par les guerres, gangréné par la corruption et la misère… mais dans lequel il y avait toujours des personnes foncièrement bonnes, et donc de l’espoir. Ce monde avait beau être de la fiction, Leonar ne pouvait s’empêcher de penser qu’il était toujours à l’image du monde réel.

Sauf que le monde réel était prêt à venir le rattraper à grands coups de ballon dans la gueule. Leonar n’avait rien remarqué, ni le ballon ni l’homme qui passait par là, pas avant qu’il ne le sauve d’une mort certaine… Comment ça j’exagère ? L’air absent, distrait, Leo releva le regard vers l’homme, qui renvoyait la balle de là où elle venait. Un instant muet, Leonar se reprit bien vite, mis son e-book reader en veille et le rangea en un tournemain, et se leva courtoisement.

« Oui, en effet… Merci ! »

Leonar s’avança vers le jeune homme et lui tendit une main, visiblement pour serrer la sienne. Il lui souriait de façon sincère et bienveillante, comme il l’aurait fait pour n’importe qui en fait. Leo était comme ça : d’apparence beaucoup trop gentille. On lui demanda alors s’il était nouveau… Il eut un temps d’arrêt, surpris qu’on remarque aussi vite qu’il était fraîchement sorti de l’avion.

« Euh… oui… Je viens juste d’arriver ! Je m’appelle Leonar Pejic. Enchanté ! »

Toujours ce sourire alors qu’il s’adressait à Samael : il en était presque étrange, ressemblant plus à celui qu’on offre à un vieil ami plutôt qu’à un sourire poli qu’on lance à un sinistre inconnu tout juste rencontré. Quand bien même l’inconnu vous avait sauvé d’un ballon tueur…

« Heureusement que vous avez été là quand même ! Sans vous j’aurais sûrement fini assommé derrière le banc, toujours agrippé mon livre comme un autiste… »

Leonar rit doucement, de façon claire et définitivement féminine. Il était vraiment de bonne humeur, même si son livre n’était pas spécialement joyeux. Du moins pas dans le passage qu’il était en train de lire avant d’avoir été violemment interrompu. Bon, ça aurait pu être encore plus violent, certes ! Mais voilà, c’était quand même rare de rencontrer des gens sympathiques. Oui, Leo ne doutait pas un instant que Samael puisse être sympathique. Sinon pourquoi le protéger d’un ballon ? Ses cheveux, ses tatouages, ses vêtements importaient peu pour Leonar… Au contraire.

« Pardonnez cette remarque déplacée, mais… J’aime beaucoup la couleur de vos cheveux. Ca vous va bien. »

Et voilà, il connaissait même pas Samael qu’il se mettait déjà à parler de ses cheveux… Surtout qu’on avait déjà du lui faire la réflexion une bonne centaine de fois, non ? Et puis, ça n’avait pas l’air d’être une teinture, c’était ça le plus bizarre… Maintenant qu’il y pensait, il sentait un pouvoir ramper sur sa peau, un pouvoir puissant, mais difficile à identifier. C’était sûrement celui du jeune homme : il n’était sûrement pas humain.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Mi-Eve Mi-Adam [RP Libre]
Lun 20 Fév - 21:40



avatar
Invité
Invité








‘‘
Eh bien! Parole de lézard, cet homme, femme, ou quoi que ça puisse être, se serait vraiment pris la balle de plein fouet si Samael n'avait pas été là! Il lui avait fallu trois plombes pour réagir à la présence du roux, et ce dernier ne put s'empêcher d'étirer un petit rictus amusé. Pas vraiment moqueur hein... Bon ok un peu quand même. Mais ça n'était pas méchant. Il était juste amusant de voir comme il lui avait fallu du temps pour réussir à sortir de sa lecture.. .

Samael serra la main qu'on lui tendit. Il était toujours bienveillant à l'égard des personnes sympathiques qui se présentaient à lui... Pourquoi aurait-il agi autrement? Après tout ça ne coûtait rien d'être un peu ouvert - ça rapportait même gros - et il y prenait un malin plaisir depuis qu'il se sentait enfin bien dans sa peau. Parfois, voire même souvent, quand ça commençait comme ça, ça finissait plutôt bien. Alors même qu'il n'avait pas encore de vues sur cette jolie créature, Samael lui décocha son éternel sourire séducteur. Et promis, ça n'était même pas fait exprès. C'était juste qu'il faisait souvent cette tête là...

Au passage il apprit le nom de son interlocuteur. Leonar. Un prénom masculin donc... Même si Samael ne voulait surtout pas tirer de conclusions hâtives. Il avait trop souffert de la façon de penser impliquée par la société pour ne pas être sensibilisé à la question, et pour ne pas faire preuve de tact quand il s'agissait d'aborder ce genre de sujet.

"Eh bien... Bienvenue à vous! J'enseigne la musique ici. J'imagine que vous ne débarquez pas en tant qu'apprenant?"

Samael était capable de le sentir. Il n'aurait su dire pourquoi... Il faisait jeune, mais il n'avait pas la tête d'un élève. Et puis... le roux était capable, sans savoir dire comment, de détecter une certaine forme de... d'ancienneté qui émanait de lui? De force? Non ce n'était pas ça... Mais il sentait que Leonar n'était pas n'importe qui. Après ça aurait tout aussi bien pu être un élève un peu âgé doté d'une fichue "aura" surnaturelle de malade si on pouvait appeler ça comme ça. Ici depuis trois, quatre mois, la Salamandre n'était pas encore capable de bien comprendre comment on pouvait pressentir la nature d'une créature bizarroïde avant de la rencontrer... Il était juste à peu près certain de ne pas être face à un humain. Il ricana lorsque son interlocuteur le remercia encore, le tout d'une manière assez... expansive. Samael n'était pas habitué à ce genre de discours... Mais c'était rigolo. Malicieux, il répondit donc:

"Oh disons juste que vous me devez la vie maintenant... Vraiment trois fois rien, vous aurez tôt fait de me le revaloir..!"

La question sur ses cheveux n'étonna pas Samael, qui était effectivement habitué à ce genre de remarques. Il haussa les épaules et adressa un sourire à Léonar, tandis qu'il fourrait les mains dans ses poches. C'était toujours la même rengaine... Les gens ne voyaient presque que ses tifs la première fois qu'ils le croisaient, tellement ils étaient voyants.

"Ah? Merci c'est sympa... Même si j'y peux pas grand chose en fait on m'a pas vraiment laissé le choix."

Un étrange sourire gagna les lèvres du métalleux. Ça, plus le tatouage qu'il arborait sur le bras sans l'ombre d'une once de pudeur... Non, il n'était pas vraiment prudent. Mais il ignorait quels étaient les dangers qui le menaçaient vraiment, et n'hésitait pas à en dire plus sur lui qu'il ne l'aurait dû. Il avait du bol de ne pas s'être encore attiré d'emmerdes en fait...

".. Alors. Qu'est-ce que vous venez faire ici?"

Toujours le mot pour sympathiser... En un sens très superficiellement. Souvent ça finissait par être très profond.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Mi-Eve Mi-Adam [RP Libre]



Contenu sponsorisé









‘‘
Revenir en haut Aller en bas

Mi-Eve Mi-Adam [RP Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mistè ti nèg: 3 lanmo sispèk nan Laboule
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shaded Academy :: L'extérieur des Batiments :: Les Jardins-