Partagez|

Tout ouvrage ne peut demeurer vierge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : Tout ouvrage ne peut demeurer vierge.
Ven 6 Jan - 15:33


Mythique : Chat d'Argent

avatar
Mythique : Chat d'Argent

Confrérie : Distraught
Personnage sur l'avatar : Ciel Phantomhive- Kuroshitsuji

Feuille de personnage
Age: Une centaine d'année, en théorie.
Niveau d'étude: Lycée
Petit(e) Ami(e): Inexistant(e).







‘‘


INNOCENT H. PHANTOMHIVE  ♦  CHAT D'ARGENT  ♦  QUATORZE ANS  ♦  ASEXUEL


La compassion, ni pour vous ni pour moi je l'accepterai. Mon aspect juvénile n'a rien à vous soustraire, libre à vous d'entonner des soupirs quant à mes conditions par la suite.
... EN COURS.






Il y a un début, un milieu et une fin à tout.

En cours.
Rencontre d'un autre genre et un marronnier. ♦ Kayley J. Franklin
Achevés.
...
Abandonnés.
Chapitre I- Mélancolie, diablesse que tu es. ♦ Sylphide L. Octavius


Dernière édition par Innocent H. Phantomhive le Ven 30 Aoû - 13:32, édité 7 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Tout ouvrage ne peut demeurer vierge.
Mar 10 Jan - 19:27


Mythique : Chat d'Argent

avatar
Mythique : Chat d'Argent

Confrérie : Distraught
Personnage sur l'avatar : Ciel Phantomhive- Kuroshitsuji

Feuille de personnage
Age: Une centaine d'année, en théorie.
Niveau d'étude: Lycée
Petit(e) Ami(e): Inexistant(e).







‘‘
Innocent H. Phantomhive
De l'autre côté du miroir, mon reflet se brise.
Ciel Phantomhive

Une fraternité funèbre.- PNJ Cessez donc de vous frottez frénétiquement le visage, vous ne voyez point double, Ciel est mon frère jumeau. Du moins, à ce jour cette alchimie est bifurquée, au vu de mes ornements pileux sans cesse dissimulaient derrière maintes attirails digne des plus grands chapeliers de mon époque. Ceci étant dit, autrefois, avant que mort nous fasses Chat d'Argent et défunt, notre ressemblance était pour tout vous dire troublante, plus d'une fois un de nos convives fut confus lorsque l'on nous confondait l'un avec l'autre et vice versa. De mon point de vu, nous partagions une relation fusionnelle, il était et est MON frère; certes, injuriez-moi de possessif or ce n'est que la plus ample vérité. À ce jour, il n'est plus. Je n'ai conservé de lui seulement ce même visage, ce même sens, cette même apparence à quelques exceptions près au vu de mes attributs félins, ainsi que de mon œil borgne. Lorsque je fus tiré hors de ma pâmoison, lorsque j'eus en ma possession les archives des morts et contractant, aussi obscur soit-il pour ma part, un fait me troubla. À savoir, si je suis devenu ce que je suis, si j'ai perdu mon éclat, c'était pour donner la vie sauf à mon reflet, n'est-il pas ? Hors, d'après ce que j'ai lu dans le registre des morts, il décéda le même soir que moi; autrement dit mon sacrifice serait-il vain ? La mort se serait-elle jouée de moi ? Par pour longtemps. Ciel, mon frère, mon reflet, ô Ciel; bien que le temps nous sépare, je saurai ce qu'il est advint de ce pacte là, tu es MON frère et en conséquence; laisse moi donc libre de me mouvoir, et de rétorquer le pourquoi du comment de la mort de nos armoiries.
Claudy Hangleton

Le philtre d'amour a un avant goût de cyanure Un de mes neuf maîtres qui sous ses vœux fut conduit dans l'Enfer et ce en toute conscience que j'étais le Morphée de son dernier sommeil. Aveugle de cette avidité, il s'abandonna dès lors à la paresse d'un repos défiant l'éternité et c'est par conséquent que mon service s'ajourna à quelques mois seulement; Une durée suffisante à briser tous sentiments à mon égard, et ce qu'importe la réciprocité. L'envie de m'étaler sur ce sujet m'engendre des nausées, il est temps de tourner la page, une fois de plus.
Quel est cet inconnu ?

INNOCENT PHANTOMHIVE Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?
Quel est cet inconnu ?

INNOCENT PHANTOMHIVE Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?
Quel est cet inconnu ?

INNOCENT PHANTOMHIVE Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?



Dernière édition par Innocent H. Phantomhive le Ven 30 Aoû - 13:49, édité 13 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Tout ouvrage ne peut demeurer vierge.
Mar 10 Jan - 19:28


Mythique : Chat d'Argent

avatar
Mythique : Chat d'Argent

Confrérie : Distraught
Personnage sur l'avatar : Ciel Phantomhive- Kuroshitsuji

Feuille de personnage
Age: Une centaine d'année, en théorie.
Niveau d'étude: Lycée
Petit(e) Ami(e): Inexistant(e).







‘‘
Innocent H. Phantomhive
De l'autre côté du miroir, mon reflet se brise.
Jade Dester  Ivanovitch

Brisante, elle refuse de comprendre. Contrairement à elle, Charon lui-même m'est bien plus accommodant que cette charmante demoiselle qu'est cette dénommée Jade. Opiniâtre, elle refuse d'effacer ce dessein là qu'est celui de me voir feuler dans un panier minutieusement orné de froufrou en tout genre afin d'accueillir le chaton qu'elle désigne. Or, mes complaintes longuement entonnées ne furent que vaines et lasses au vu d'une telle têtue auquel j'ai rarement fait face. Depuis notre rencontre à travers la fragrance des jardins, Jade dévore chacune de mes mimiques sans que je puisse réagir outre le rejet, c'est l'éducation britannique qui veut ceci, notamment celle aristocratique qui se veut courtois envers les jeunes femmes. Gentleman, j'esquive, pare et ignore de plus bel chacun de ses assauts incessants purement affectifs tels que les accolades, chose qui me répugne. Allons, elle est dans ma confrérie, je me dois seulement de miauler, et c'est tout.
Alexei Dester Ivanovitch

Que penses-tu de lui ? Cet homme ? Pourquoi diable insistez-vous de la sorte avec cette question là ? Mon avis, vous le savez. Alexei, c'est bien cela ? Certes, il m'épie, je le sais. Soit il rétorque son hypocrisie en me faisant part de tant de messes basses à mon sujet, soit il reste cloîtré dans la pénombre et se lamente de ma personne; en chacun des cas je ne me préoccupe guère de ses états d'âme. Tous ce que je puis savoir sur ce dénommé Alexei n'est qu'il fait partit tout comme Jade de la même confrérie dans laquelle je me trouve. Qui de plus est, il est vrai que j'ai cru remarquer, outre le fait que Jade l'hurle sur tout les toits, que ces deux là sont proches. Des anciens amis me direz-vous ? Qu'importe, l'un comme l'autre m'importe peu au vu de mes convictions, Alexei n'est rien de plus qu'un spectre pour ma part. Invisible à mes yeux, il m'épie néanmoins et ceci est ce que je sais de mieux sur lui. Outre peut-être le fait qu'il est aussi Russe au vu de son nom.
Kayley J. Franklin

Une complicité impartiale. Le sort est hasardeux, et a fait de renouveler nos rencontres avec cette charmante créature au sobriquet de Sól; Cette déesses des contrées Nordiques prônant l'astre de ce même nom. En effet, nous ignorons trop de l'un de l'autre or il n'empêche que nous tuons le temps en cette même compagnie, pour un chronophobe ceci relate du paradoxe si ce n'est du fantasme. Cette demoiselle aux accents d'Acedia se délecte de la fournaise embaumant ses appartements, comprenez donc que pour moi qui fuit la moiteur, il m'est insupportable de lui rendre une visite courtoisie et quand bien même je prends sitôt congé une fois la discussion close. Cette relation aspire ni amour ni mépris, un interlude parmi ma collection de maîtres qui m'est, je le conçois, plaisant. Il y aurait-il alors un intérêt à nouer un lien avec Kayley ? Inutile, conserver cette relation sans complication est plus sage, et d'autant plus agréable à vivre.  
Quel est cet inconnu ?

INNOCENT PHANTOMHIVE Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?Altera sententia est, quae definit amicitiam paribus officiis ac voluntatibus. Hoc quidem est nimis exigue et exiliter ad calculos vocare amicitiam, ut par sit ratio acceptorum et datorum. Divitior mihi et affluentior videtur esse vera amicitia nec observare restricte, ne plus reddat quam acceperit; neque enim verendum est, ne quid excidat, aut ne quid in terram defluat, aut ne plus aequo quid in amicitiam congeratur. Quid? qui se etiam nunc subsidiis patrimonii aut amicorum liberalitate sustentant, hos perire patiemur? An, si qui frui publico non potuit per hostem, hic tegitur ipsa lege censoria; quem is frui non sinit, qui est, etiamsi non appellatur, hostis, huic ferri auxilium non oportet? Retinete igitur in provincia diutius eum, qui de sociis cum hostibus, de civibus cum sociis faciat pactiones, qui hoc etiam se pluris esse quam collegam putet, quod ille vos tristia voltuque deceperit, ipse numquam se minus quam erat, nequam esse simularit. Piso autem alio quodam modo gloriatur se brevi tempore perfecisse, ne Gabinius unus omnium nequissimus existimaretur. Quam ob rem id primum videamus, si placet, quatenus amor in amicitia progredi debeat. Numne, si Coriolanus habuit amicos, ferre contra patriam arma illi cum Coriolano debuerunt? num Vecellinum amici regnum adpetentem, num Maelium debuerunt iuvare?
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Tout ouvrage ne peut demeurer vierge.
Ven 30 Aoû - 15:26


Mythique : Chat d'Argent

avatar
Mythique : Chat d'Argent

Confrérie : Distraught
Personnage sur l'avatar : Ciel Phantomhive- Kuroshitsuji

Feuille de personnage
Age: Une centaine d'année, en théorie.
Niveau d'étude: Lycée
Petit(e) Ami(e): Inexistant(e).







‘‘
Wanted
Envoyez-moi un MP pour toutes propositions.
Une moitié de cœur.

Libre. L'amour est le pire des cyanures. Le Pique n'est qu'un cœur brisé. Des citations ressassant un passé idyllique déchu par le poids des années. Quand bien même l'espoir fait vivre, ma passion est empoisonnée et je crains que nulle antidote,aussi puissant soit-elle, soit à même de guérir cette toxine dont s'abreuve mon organe malade de naissance. Une romance outre-tombe ne me semble envisageable, je suis revenu à la vie qu'à un titre et ce n'est certainement pas pour batifoler. Et quand bien même, s'il fallait alors s'attacher à un individu en particulier dont ma disparition l'attristerait dès lors que mon contrat sera rompu, je crains bien que ce dernier s'avère navré de cela avant de s'en aller picorer ailleurs, je ne me leurre en rien. L'amour, très peu pour moi.
Confidences et aveux.

Libre. Existerait-il ces personnes ou cette personne dont la confiance infuse notre relation ? Depuis cet incident avec le diable, ma foi est empoisonnée. Il n'y avait à avoir confiance, et ce par désespoir, au malin en ce jour funeste, c'est tout. Mon reflet, mon frère, il est l'unique avec qui mes passions et regrets furent partagés en toute réciproque et pleine confiance or à ce jour il n'est plus. Qu'importe de ceux me prenant en pitié, ou me proposant une épaule sur laquelle pleurer, ce n'est qu'une perte de temps dont je me passerai bien. Tous ceux que mon cœur malade chérissait sont à ce jour égarés parmi les méandres du passé, je ne peux en rien souhaiter leur retour, seulement leur bonheur. C'est pourquoi je patiente de collecter ces neufs maîtres pour mieux m'épanouir dans un repos éternel et ainsi rejoindre celui pourquoi je suis revenu à la vie.
Les Neufs Maîtres du Diable.

Libre. Le Chat d'Argent est une créature dont la servitude est à l'égal de son avide soif d'âmes corrompues par la richesse dont il se propose d'offrir. Rien n'est gratuit, tout à un coût et celui-ci s'élève au prix du repos éternel, les clefs de l'Eden pour chaque individu en quelque sorte. Contre l'or et l'argent que ce diable apporte au maître avant que l'aube ne se lève, est troqué l'essence de cedit maître. Il est néanmoins du pouvoir de la créature de châtier l'hôte d'une damnation éternelle si ce dernier le récompense selon ses exigences. Ainsi est le mythe du Chat d'Argent, dit encore le Chat du Diable. Neuf maîtres pour chacune de ses vies. Je suis revenu sous ce mythe personnifié, non pas par soif d'essences en mal de biens mais par un contrat ayant jadis stipulé de laisser la vie sauf à mon reflet contre la mienne, cet œil borgne étant un acompte de ce chantage. Neufs maîtres me sont restant avant de rompre ce pacte avec le diable et ainsi soulever ma rébellion sur ce qui m'a été dérobé. Qu'importe la nature du lien, il n'empêche que cette servitude sera à l'égal des neufs autres hors rapprochements pouvant compléter d'autres parties de mes attentes.
Rivalité et Scandales.

Libre. Une existence que je ne puis tolérer, et ce en toute réciproque. Je ne nie en rien rivaliser de charisme, il n'empêche que rares sont ceux attisant mon mépris en réciprocité du leur. En toute coutume, l'impartialité prône parmi mes relations et c'est par conséquent que s'il s'avérait que je me fasse ennemi d'un individu et ce toute en réciproque, le pire est à médire. Scandales à venir, la presse de l'académie aura de quoi épuiser leur encre bien que j'ai un faible pour ce que mes affaires ne soient médiatisées; Non pas que l'avis d'autrui m'influence.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Tout ouvrage ne peut demeurer vierge.



Contenu sponsorisé









‘‘
Revenir en haut Aller en bas

Tout ouvrage ne peut demeurer vierge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Chasse de Coeur de Lynx tout le monde peut venir
» Parce que tout le monde peut avoir besoin d'aide un jour
» Tout le monde peut faire du Kung-fu... Sauf toi [PV Iroh]
» [Cours 05. Coordinateur] Tout le monde peut avoir la classe ! Enfin il paraît
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Vie du Forum :: Liens des Personnages-