Partagez|

Rendez vous matinal [PV Gabriel D. N.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : Rendez vous matinal [PV Gabriel D. N.]
Ven 19 Avr - 7:16


Humain & Leader Distraught

avatar
Humain & Leader Distraught

Confrérie : LEADER DISTRAUGHT
Personnage sur l'avatar : Hatsune Miku - Vocaloid

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Niveau d'étude: Université
Petit(e) Ami(e):




When They Cry
You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins
You won’t..

Spoiler:
 





‘‘
A l'instar d'une grande majorité des élèves de l'académie, mes samedis matins étaient toujours réservés à la très importante réalisation de grasses matinées. Sans oublier qu'il était agréable de ne pas avoir à se réveiller à une heure où notre organisme n'avait pas envie de le faire, j'en avais aussi besoin pour récupérer de ma semaine de cours et d'administration en tout genre. Être leader me donnait des avantages mais aussi bon nombre de responsabilités. Je ne m'en plaignais pas, j'aimais participer à la vie de cette école qui était devenue ma maison depuis déjà très longtemps. Arrivée entre ces murs en première année de collège, j'avais vu entrer et partir des élèves, des professeurs et même des dirigeants. L'école s'était également modernisée avec le temps tout comme j'avais grandi avec l'âge. Aujourd'hui j'étais en 3ème année d'études universitaires et je dois bien avouer que j'hésitais à faire exprès de redoubler pour n'être qu'à mi chemin de mon parcours d'étudiante de FAC. Je ne pouvais pas me résoudre à imaginer qu'un jour il allait falloir que je quitte ces lieux.

Tous les coins et recoins de l'école m'étaient familiers. Peu ouverte aux autres, je ne leur parlait que par nécessité ou envie dans le cas des personnes dont j'étais vraiment proches. Cette facette de ma personnalité m'a permis de passer la plupart de mon temps libre à explorer l'école. Nomade dans l'âme, quitter ma chambre me procurait ma dose d'oxygène. C'est donc les yeux encore mis clos par le sommeil qu'une fois préparée, je me déplaçais entre les murs des bâtiments pour rejoindre la pièce dans laquelle j'avais été conviée, à 8h du matin.

Quelle idée sordide : Convoquer des élèves un samedi matin à 8h. Il ne leur était pas venu à l'esprit que nous autres, jeunes organismes en développement, nous avions besoin comme tout être vivant d'un certain repos (bien mérité dans notre cas) ? Je pense sincèrement qu'ils s'en fichaient. Eux travaillaient, alors on se devait de faire de même s'ils nous le proposait autoritairement. Bien forcée d'accepter, j'avais accepté. Et me voilà rendue devant la porte du bureau du directeur de l'université, en ce samedi matin à 8h. Je restais tout d'abord plantée devant celle-ci sans oser y frapper pour demander de rentrer. Étais-je la première arrivée ? Et allais-je être seule avec le directeur ? Un coup d’œil à ma montre me suggéra que oui. J'avais un bon quart d'heure d'avance. Me déplaçant vers le côté, je m'adossais au mur pour attendre quelques instants.

Je n'avais pas eu l'occasion de parler à Gabriel après avoir été informée de notre convocation à ce rendez vous. Gabriel était arrivé il n'y a que peu de temps à l'académie en tant qu'étudiant et c'était installé chez les Distraught. C'est tout ce que je savais de lui, je n'avais pas encore eu le temps de regarder son dossier de plus près. Ce manque d'information me déstabilisait légèrement. Je ne savais pas encore pourquoi nous devions être là et j'imaginais le pire. Ce qui me perturbais surtout c'est que je ne voyais pas pourquoi JE devais être là. Ce n'était pas un bon présage pour Gabriel. Pour ma part, j'avais de quoi être fière de ma vertu. De toute ma scolarité je n'avais pas commis d'écart : J'étais plutôt bonne élève et très assidue. De plus, mon asociabilité m'avait assuré une retenue exemplaire dans l’exécution de bêtises en groupe ; Seule, il ne me serait même pas venu à l'idée d'en faire. C'était donc en tant que Leader que je devais accompagner Gabriel au tribunal scolaire.

Il était à présent 7h55. Toujours pas de signe de personne. M'étais-je trompée de jour ou d'heure ? Non non, j'en étais certaine. Je pris sur moi et allai frapper. On me demanda d'entrer, ce que je fis.

- Bonjour Mlle Hellsein, asseyez-vous je vous prie. Nous allons attendre votre camarade pour discuter de son cas.

Je tressaillis, j'avais horreur de devoir être actrice principale d'une pièce dont je ne connaissais pas une miette de l'histoire. J'allais m’assoir sur une des deux chaises qui faisait face au bureau tout en espérant silencieusement que Gabriel ne tarderait pas. La situation était un peu gênante. Les jambes croisées et le regard porté sur la table, je comptais les secondes et trouvait que le temps ne passait vraiment pas vite. Puis, la porte s'ouvrit.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Rendez vous matinal [PV Gabriel D. N.]
Ven 19 Avr - 10:36


Vampire

avatar
Vampire

Confrérie : DISTRAUGHT
Personnage sur l'avatar : Superbi Squalo de Katekyo Hitman REBORN!

Feuille de personnage
Age: 21
Niveau d'étude: Université
Petit(e) Ami(e):







‘‘
Dibidibip... Dibidibip... Dibidibip...

Grrmbl... Qu'es ce que c'était que ce bruit agaçant ? C'était mon portable ? Non peu de chance que ce soit cela il est éteint et je ne possède pas une sonnerie aussi agaçante que celle ci... De plus il était mort, je l'avais projeter contre un mur pour me calmer hier... Je devrai peut-etre ramasser les miettes. Non la flemme de le faire... Ah mais je sais ! c'est mon réveil ce bruit agaçant ! Pourquoi je l'avais activé le weekend, si il y a une chose que je supportai pas c'était bien de me faire réveiller alors que je peux me reposer seul dans mon lit ou dans un coin, et là, le pire, c'est que je ne eux m'en prendre qu'a moi meme ; quel est le con qui à mit son réveille ou qui à oublié de le désactivé hier soir ? C'est bibi ! Put** quel con je fais parfois... Et ce Bruit qui continue encore et encore... Pour que je me lève...

- LA FERME !!

Je pris mon oreiller et le lança vers l'origine du bruit, entendant alors d'abord le bruit etouffer de la sonnerie suivit du choque contre le sol... Et enfin le silence, un bon silence de mort, un silence de repos et de calme... Je ne demandai que ça. Apres tout, ce n'est pas parce que je ne bosse pas trop trop en cours que je ne dois pas me reposer pour autant hein ! Je devais par contre avouer que le fait d'avoir programmer mon réveil la veille d'un jour de repos ne me ressemblais guère. Avais-je oublier un détaille... Une sortie peut-etre ? Non je n'y serai pas aller... Un rendez vous ? Non à part quelques plan cul ici et là je n'ai aucun rendez vous de prévu. Alors quoi ?

Cette question me rendait malade, pourquoi avais je fais cela si ce n’était pas dans le ut de ma nuire a moi même... Cette illogicité était navrante et pourtant je ne suis pas blond. Je jetai alors ma couvertue hors de mon corps, de toute manière geler, et posai mes pieds sur le bois dont le sol de ma chambre était fait. Non seulement je ne dormais pas mais de plus je me torture l'esprit à savoir, le pourquoi du comment j'avais ça... Weekend de merde qui débute je vous le dis...

- Allons Gabriel, je sais que tu es con mais n'exagère pas, tu à quand même pas zappé ça n'es ce pas ?

- Zappé quoi Antoine, c'est le weekend... J'penserai que tu serai aussi énerver que moi, voir pire vu que c'est de ma faute : on a pas de devoir ( de toute manière je les faits pas), pas de rendez vous... Pas de

- Imbécile, on est convoqué par le principal, c'est même moi qui est programmé le réveille hier soir car t'avais déja zappé cervelle de lycanthrope

Okey, alors non seulement c'était un weekend de merde, mais en plus je fais engueuler par moi même. Classe, très classe... Attend qu'es ce qu'il venait de dire ? Convoqué ? Mais pourquoi ? J'ai rien fais de mal... Enfin je crois. Suite à cette nouvelle plus ou moins précipité, je du donc me lever rapidement et à contre coeur, pas que je trouve les convocations très alarmante d'ordinaire, mais celle du principal j'aimerai autant éviter de lui poser un lapin. Il à quel age le principal ? Il est beau ? Merde à quoi je pense ! Je du me donner une gifle psychologiquement parlant, avant de me diriger vers vêtements, je ne savais pas à quel heure était le rendez vous mais j'avais pas intérêt à être en retard... Je posai ma main sur mon jean noir que j'enfila rapidement, sans me poser de question sur le coté propre ou sale de celui ci et je fis de même avec mon haut et mes chaussette.

Une fois habiller, je pouvais y aller...Je fermes ma porte derrière moi et m'étire alors longuement en soupirant, Antoine n’arrêtant pas de me parler et de m'engueuler. Pour une fois que c'est lui qui pense aux trucs important il va me faire bouffer mon erreur longtemps... Quel heure etait-il ? Il n'y a pas de putain d’horloge dans ce bâtiment !!?? Peut importe, si je suis en retard au moins je serai là, si je suis en avance j'attendrai. Point final !

- Laisse moi prendre le contrôle, tu vas tout faire foirer j'en suis sur

- Foirer quoi ? Je vais me faire engueuler c'est tout ! Et je sais me contrôler contrairement a toi crétin !

Oui, vu d'extérieur je suis un homme qui parle tout seul... Et alors ? ça vous plait pas ? Bah je vous emmerde bien profond! Apres quelques minutes a chercher où était ce maudit bureau dans toute cette école, je me retrouvai enfin devant la porte du principal... Bon... Bah c'était le moment de savoir si j'étais en retard ou en avance.

- M'avez fait demander ?

Mes yeux vairons se posèrent sur le principal, celui ci déja assis et visiblement peu enclin a parler d'autre chose que du sujet qui devait être ma propre personne... Génial. Par contre je vois aussi qu'il y a une jeune fille aussi. Qu'es ce qui ce passe ici...? C'est quoi ce traquenard ?

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Rendez vous matinal [PV Gabriel D. N.]
Dim 28 Avr - 21:38


Humain & Leader Distraught

avatar
Humain & Leader Distraught

Confrérie : LEADER DISTRAUGHT
Personnage sur l'avatar : Hatsune Miku - Vocaloid

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Niveau d'étude: Université
Petit(e) Ami(e):




When They Cry
You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins
You won’t..

Spoiler:
 





‘‘
Il entra dans le petit bureau. Son expression me fit comprendre qu'il n'en savait pas plus que moi. Décidément, ce samedi matin se voulait mystérieux. En un quart de seconde, l'atmosphère de la pièce changea du tout au tout. Le directeur qui était relativement calme et concentré sur son travail s'était crispé et avait pris un air sévère. Lui, il savait parfaitement la raison de notre présence dans son bureau. Je n’arrivais pas à savoir s’il en voulait au garçon pour ce qu’il avait fait ou s’il en voulait à Gabriel parce que ce qu’il avait fait nous avait réunis ici tous les trois. Est-ce qu’on l’avait contraint de travailler aujourd’hui ou travaillait il tous les samedi matins ? Je souhaitais pour lui (et pour sa famille) que ce soit exceptionnel. Néanmoins c’était assez plaisant, voir plutôt risible de savoir qu’il était à la disposition des mauvais élèves. Comme pour les récompenser de leur délinquance, il leur faisait honneur de sa présence un jour sans cours et non sans école. Car dans un pensionnat, un jour sans école n’existe pas.

C’est sûrement pour cette raison que certain se voit obligés de « péter un câble » un jour où l’autre. Trop d’école tue l’école. L’abondance de règle pousse à la rébellion. La révolution des étudiants est d’autant plus inévitable qu’elle n’est pas singularité. De tout temps et de tout âge, les cerveaux d’élèves inventes de multiples façons de ne pas faire ce qu’il leur est imposé, ou de faire ce qu’il leur est interdit. Alors bien entendu il y a les élèves sages. Ces derniers ne font rien de prohibé, mais surement pas par manque d’esprit. Ils ne font rien parce qu’ils n’ont ni le courage, ni la poigne de s’y coller. Les répercussions sont trop grandes, l’enjeu trop important. Ils laissent avec plaisir et à d’autres l’exécution de ce que les nations ont gagnés par le sang, j’entends par là le droit d’expression. Les autres sont des enfants comme Gabriel. Drôle de nom pour un fauteur de trouble. J’imagine que les parents de ce jeune homme ont supposés qu’en donnant un tel patronyme à leur progéniture, elle répondrait à la description du symbole qu’il représente. C’était donc raté. S’en étaient-ils déjà aperçus ? Se pourrait il que notre cher Gabriel en soit à son coup d’essai ? Ce jeune homme serait alors un champion. Dès la première fois, il n’avait pas fait les choses à moitié. Mais qu’avait-il donc bien pu faire ? C’était une question que je ne pouvais garder. Voyant que le directeur ne semblait pas vouloir prendre la parole, je le fis. Je suis comme ça moi, j’use de mes droits.

- Je vous prie de m’excuser, monsieur le directeur, mais… Je n’ai pas été au courant de l’affaire. Que s’est-il passé ?

En articulant ces mots, j’avais un peu peur de remuer le couteau dans la plaie. Mais il fallait que je sache, sans quoi je n’allais pas être capable de répondre au directeur pour défendre mon protégé. Et sans quoi ma curiosité me rongerait à tel point que je ne pourrais plus user de mes capacités cérébrales dans leur intégrité, capacités malheureusement déjà bien trop faibles même lorsque tout fonctionne à pleine turbine. Bien que nouveau dans la confrérie, je me devais de lui garantir une protection. C’était plutôt risible si on regardait la situation de plus près. J’étais petite et fragile, pas lui. Une protection tel que moi, c’était plutôt un boulet qu’autre chose. J’avais simplement en mon avantage que j’étais leader, et que mon avis comptait pour le directeur.

- Mr Netoria a jugé bon de faire un tag dans la cafétéria. Non seulement il est entré à une heure où il ne devait pas y mettre les pieds, mais en plus le message qu’il a voulu nous faire passer c’est que je « craignais ». Il a bien entendu signer par le nom de sa confrérie.


Je lançais un regard noir au jeune homme. J’allais donc devoir en parti endosser les erreurs de Gabriel. Charmant.

- Et d’ailleurs s’il n’avait pas été pris en pleine action par un des cuisiniers, vous en auriez été l’unique responsable, Mlle Hellsein. Remerciez donc sa maladresse.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Rendez vous matinal [PV Gabriel D. N.]
Dim 28 Avr - 22:02


Vampire

avatar
Vampire

Confrérie : DISTRAUGHT
Personnage sur l'avatar : Superbi Squalo de Katekyo Hitman REBORN!

Feuille de personnage
Age: 21
Niveau d'étude: Université
Petit(e) Ami(e):







‘‘
Ce regard... Bon dieu ce vieux regard de chien galeux qu'il m'envoyait dans la tronche !! Je ne savais absolument pas ce qu'il me voulait en particulier, si j'avais frapper son petit-fils, si j'avais fais une connerie qui valait plus qu'une simple heure de colle, si il allait me renvoyer... Bon okey, pour la dernière j'aurai un peu les boules. Surtout que pour m'exclure faudrait que j'ai fais une connerie monumental, au point ou tout le pensionnat le sache ou au minimum moi quoi... Là que dalle, je sais ni le pourquoi ni le comment de la chose... Bref, suite à son regard que je qualifirai de hautement risible, j'allai m’asseoir sur le fauteuil en face de son bureau, a coté de la jeune femme. D'abord assis normalement, dos droit et jambes bien devant moi, je pris une position plus sympathique : jambe crois l'une sur l'autre, nuque presque brisé contre l'adossoir et dos ne touchant pas entièrement le fauteuil... J'étais bien là, me manquais juste un peu de sang..

Cela me faisai penser que j'avais faim tiens, je fermis mes yeux varions quelques secondes pour me canaliser sur mon odorat.. Hmm... Ah ? Il y avait un humain dans cette piece, donc soit le principal de mes c*** soit la jeune fille. Si c'était le vieux bah je ceverai de faim encore un peu, mais si c'était la jeune femme alors je me ferai un vrai plaisir quand on sera seul... Si l'on nous laisse seul... C'est vrai apres tout, personne ne laiserai un "fauteur de trouble" seul dans le bureau du principal... Han, tout ce Antoine pourria faire avec les informations de chaque élèves... J'eu un sourire en pensant cela mais il s'effaca aussi vite quandjj'entendis la raison de ma préscence ici. C'était tout ? C'était pour ce vieux truc de Antoine que je venai ici ? Pouha moi qui me croyais en danger. Je ne montrai pas que j'étais soulagé, cela aurait été suspect, mais par contre je fis oui de la tete en lachant un froid

- C'est que de la peinture... C'était même pas vraiment moi alors hein...

Le principal connaissait mes antecedent psychologique, mais à mon avis pas la jeune fillette. De plus, cette information étant confidentiel, je pensai réellement que elle ne comprendrai pas mes dires... Lui oui par contre et peut être qu'il serait plus souple... Ou justement plus dur on verrait bien. Puis en plus, j'avais tagué un petit "mort au faible" c'est pas grand chose... J'étais même plutôt d'accord avec Antoine, si il y a des faibles, c'est pour nourriture et servir les forts non ? La race humaine est la pour ça alors pourquoi pas en profité hein ?

Bon, parcontre j'aimai pas le fait qu'il dise que c'était la faute à l'autre femme. Antoine riait en se disant qu'on serait moins engueuler dans ce cas là, sauf que si j'avais bien piger, si j'avais pas été choppé par l'autre en*** cela aurait été entièrement sa faute... Je ne comprenais pas pourquoi. Alors simplement, d'un mouvement de main, placant ma paume bien en evidence ers le principal je lui coupa la parole

-Tout doux ! Elle a rien a voir, j'assume moi meme mes soit disante connerie, pas la peine de prendre un bouquetmissaire

Puis je regardai la jeune femme en question, je la connaissais pas, elle non plus sans doute. J'étais encore fraîchement arrivé alors ça m'étonnerai en tout cas. Je ne voyais pas pourquoi elle était impliqué ni pourquoi elle prendrait pour moi. Antoine me chuchota alors que la prochaine fois, il ferait une connerie plus en discrétion pour qu'elle prenne encore plus pour son grade. Je n'étais as contre la violence gratuite, mais bon là ça ne me ferai rien gagné alors autant rester simplement le même coupable. Je me dis donc un petit "ta gueule" a moi meme, assez discret mais difficilement dissimulable quand on est que 3 dans la meme pièce.

Je fis comme si je n'avais rien fais, reprenant alors une position des plus confortable alors que je sentais Antoine prendre le controle... Saleté de ! Ah enfin le controle, enfin je pourrai dire ce que je pense vraiment et non plus ce que l'autre nous fais croire que l'on pense ensemble...euh... En tout cas je me comprend ! J'ouvris le haut de ma chemise, remontant le col et m’installa plus négligemment, ayant hate de voir les réaction suite a mon changement de personnalité

-Bon les mecs, on est là pour une chose non ? Et ça nous fait tous chier de nous lever aussi tot, alors papy, dis moi ce que je vais me prendre dans la gueule et ensuite on retourne tous se coucher... okey ?
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Rendez vous matinal [PV Gabriel D. N.]



Contenu sponsorisé









‘‘
Revenir en haut Aller en bas

Rendez vous matinal [PV Gabriel D. N.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shaded Academy :: Bureaux du personnel & Autres :: Bureaux des Directeurs-